Comment prendre du recul et délimiter notre espace de liberté et d’action

Isabelle Lecurou

   Lorsque nous écoutons et accompagnons nos clients, une grande partie de notre travail consiste à appréhender et saisir la lecture que ceux-ci font de leurs expériences et, le cas échéant, à capter derrière la narration qu’ils nous livrent (il m’est arrivé ceci, j’ai répondu cela; il a fait la chose suivante…) – l’étendue exacte de l’écart existant entre le détail événementiel de leur expérience (les faits, actes, comportements) et les interprétations et conclusions qu’ils en tirent.

coaching-personal

     Entendons-nous bien: il ne s’agit pas pour le coach de “démêler le vrai du faux” dans ce que livre le client! Ce sont d’ailleurs deux notions qui n’ont absolument aucune place en Coaching. Il s’agit simplement de détecter et de comprendre les mécanismes de pensée qui conduisent le client à formuler telles conclusions ou hypothèses sur la base de tel acte concret – ou parfois même sans que rien de concret ne vienne étayer cette interprétation – notamment et surtout lorsque celles-ci limitent le client et restreignent drastiquement son champ d’action au moment de travailler à atteindre son objectif.

     Le Coach travaille donc beaucoup dans cet entre-deux qui relie ces deux niveaux de réalité (fait/interprétation) et, dans son souci de favoriser l’autonomie de ses clients, il prend soin de leur transmettre les clés de cette approche et de cette compréhension de soi. Cet article a pour vocation de participer à cette transmission[1].

LES DEUX NIVEAUX DE RÉALITÉ

 “Le monde réel nous échappe inexorablement car nous n’avons jamais affaire à la réalité mais à des images de la réalité, à des représentations”

Françoise Kourilsky [2]

   A l’heure d’entamer une démarche de croissance et accomplissement personnel, laquelle requiert en parallèle une meilleure connaissance de soi, il est donc fondamental de prendre conscience au préalable de ce que la réalité (ou ce que nous nommons comme telle) est faite de deux niveaux, de proportions tout à fait inégales

  • La réalité de premier ordre (fait, expérience, comportement) c’est-à-dire celle que nos percepteurs sensoriels enregistrent.
  • La réalité de second ordre c’est-à-dire l’univers de nos représentations, la sphère des significations que nous attribuons aux choses, des interprétations, hypothèses ou déductions que nous élaborons, des conclusions que nous tirons.
ceci-n-est-pas-une-pipe
René Magritte, 1928-1929

   Or, plus important encore, dans notre perception et notre vision du monde, la réalité de second ordre tend à prendre le pas sur la réalité de premier ordre et ce dans une proportion considérable:

   “L’environnement est 80% cérébral et 20% factuel : c’est avant tout une perception”[3].

     Et, ajoute Françoise Kourilsky:

   “Nous avons la fâcheuse tendance de confondre ces deux niveaux de la réalité. Nous sommes très souvent piégés par notre intellect qui confond l’image de la réalité avec la réalité elle-même. Pourtant cette distinction est essentielle car l’immense majorité de nos problèmes n’implique que cette fameuse réalité de deuxième ordre que nous-mêmes construisons. C’est celle-ci qui pose invariablement problème. En effet, c’est le point de vue que nous avons qui détermine l’espace de possibilités et l’accès ou non à nos ressources. “ [4]

   C’est donc là que se trouve l’enjeu fondamental d’un travail sur soi, dans le but notamment d’atteindre des objectifs essentiels à notre bien-être et développement et c’est là surtout que se trouve notre marge – immense – de manoeuvre et, disons-le, de liberté : si 80% de ce que nous considérons comme étant la réalité est en très grande partie le fruit de nos pensées, pourquoi alors ne pas prendre les rênes de celles-ci et les orienter, en toute conscience, à notre avantage?

PRENDRE LE PILOTAGE DE SES PENSÉES

   Pour prendre ou reprendre les rênes de sa vie – puisqu’il s’agit en grande partie de cela en coaching -, il faut donc en premier lieu prendre le pilotage de ses pensées.

   En effet, si l’environnement, le monde qui nous entoure est à 80% cérébral et s’avère être donc essentiellement une perception, nous travaillerons donc à changer cette perception chaque fois que celle-ci s’avère être pour nous limitante, incapacitante, géneratrice de peur, d’anxiété et de frustrations. Et nous ferons en sorte de substituer ces pensées et croyances limitantes par des croyances et des pensées aidantes, créatives et motivantes, propres à nous permettre d’avancer et de croître.

   “C’est la représentation que je me fais d’une situation qui induit mon comportement dans cette situation donnée.” [5]

   Changeons notre représentation et nous changerons notre comportement. Il y va de notre responsabilité envers nous-même (et éventuellement envers notre entourage), de notre volonté – ou non – d’exercer à plein notre libre-arbitre et de libérer notre potentiel.

   “L’exemple des gens qui réussissent nous montre que leur vie est moins déterminée par les événements qu’ils ont vécus que par leurs manières de les envisager et donc d’y réagir”[6]

   Et non, ce n’est pas facile, raison pour laquelle les coachs existent (entre autres professionnels de l’accompagnement), pour vous aider à entamer et consolider cette démarche, qui exige au début une véritable discipline car nous sommes naturellement enclin à laisser nos pensées (et nos pensées négatives en particulier) prendre le contrôle, surtout en période de stress.

   Seule une démarche consciente, active et proactive permet de reprendre le pilotage de ses pensées et d’empêcher de la sorte que croyances limitantes et pensées négatives dirigent notre vie.

   “Cette démarche, intellectuellement évidente, est bouleversante dans le sens où elle contribue à élargir le champ des possibles, ce qui est bien le but. Elle nous demande de solliciter davantage notre créativité, mais aussi d’acquérir la discipline mentale qui est d’anticiper avec soin les effets probables de nos représentations et de bien les choisir”[7].

   Prendre soin de son état d’esprit et cultiver représentations réconfortantes (de soi, des autres et du monde) et pensées constructives tient donc en quelque sorte de ce que l’on peut appeler notre hygène de vie. Attention, rien à voir avec la Pensée Positive! Il ne s’agit pas de saupoudrer un quotidien morose de citations et injonctions diverses et variées en espérant que la magie opère. Il s’agit au contraire de repenser et de recadrer notre mode d’appréhension du monde et de faire toute la place à notre liberté d’être et d’agir dans celui-ci. Il s’agit donc d’un projet de vie en soi – dont dépend la réussite de bon nombres de nos autres projets et objectifs – et c’est pour cette raison qu’une grande partie des articles de ce blog consiste à vous fournir des outils concrets pour le mener à bien.

UN PREMIER OUTIL: SAVOIR PRENDRE DU RECUL

   C’est – nous dit Françoise Kourilsky – le seul moyen de “se libérer de l’esclavage de ses pensées et de reconquérir son libre arbitre”[8]. Comment opérer?

     En premier lieu, choisissez une situation “problématique” donnée qui vous tient à coeur et a un impact important sur votre vie et votre état d’esprit. Puis, sur une feuille:

como-escribir-una-carta

  • Notez les faits et expériences concrètes qui fondent cette situation (de quoi s’agit-il?). Soyez bref, concis et très précis: qui, quoi, quand, où, comment, combien? Observez et prenez note en tentant d’être le plus clinique, le plus “objectif” possible. Soyez le détective de votre propre réel.
  • En second lieu, prenez-le temps de bien écouter toutes les hypothèses, déductions, interprétations, conclusions et significations diverses et variées que vous échafaudez sur la base des faits ci-dessus énoncés. Prenez note de ces pensées, écrivez-les noir sur blanc car les noter, c’est déjà les séparer de soi et les observer pour ce qu’elles sont: des hypothèses, déductions, interprétations, conclusions et significations diverses et variées… des pensées, en somme.
  • Enfin, faites la liste de toutes les émotions, comportements, réactions, interactions et décisions qui résultent de ces pensées.

   Comme nous le verrons ultérieurement, il y a beaucoup à dire et à faire sur la base de cet exercice mais au jour d’aujourd’hui, ce qui importe, c’est que vous le fassiez le plus souvent possible, avec toutes les situations qui vous passent pas la tête, telle une gymnastique quotidienne; que cela devienne une habitude, un mécanisme naturel autant que faire se peut.

     Vous apprendrez de la sorte à prendre du recul et à démêler au mieux réalité de premier ordre et réalité de deuxième ordre, détectant ainsi avec de plus en plus de précision l’espace d’intervention – et donc de créativité et d’action – qui est finalement le vôtre.


[1] Cet article est fondamentalement tiré des écrits de Françoise Kourilsky, à savoir Du désir au plaisir de changer, Paris, Dunod, 2014 (5e édition), 316 p. et L’accomplissement personnel. Se réjouir, s’apaiser, réussir, Paris, InterEditions, 2014 (2ème édition), 256 p.

[2] Françoise Kourilsky, Du désir au plaisir de changer, Paris, Dunod, 2014 (5e édition), p. 8. 

[3] Jean-Luc Avella Bagur, Stéphanie Plessis, “Les outils de l’approche systémique” in Devenir Coach Professionnel, Paris, 2014.

[4] Françoise Kourilsky, L’accomplissement personnel. Se réjouir, s’apaiser, réussir, Paris, InterEditions, 2014 (2ème édition), p. 31.

[5] Jean-Luc Avella Bagur, Stéphanie Plessis, “ Les outils de l’approche systémique” in Devenir Coach Professionnel, Paris, 2014.

[6] Françoise Kourilsky, Du désir au plaisir de changer, Paris, Dunod, 2014 (5e édition), p. 35.

[7] Françoise Kourilsky, Du désir au plaisir de changer, Paris, Dunod, 2014 (5e édition), p. 13.

[8] Françoise Kourilsky, L’accomplissement personnel. Se réjouir, s’apaiser, réussir, Paris, InterEditions, 2014 (2ème édition), p.7.

isabellelecurou

isabellelecurou

Hola, soy Isabelle! Tu profesión es tu pasión y estoy aquí para ayudarte a alcanzar tus objetivos y hacer realidad tus sueños, dándole rumbo a tu vida y sentido a tu emprendimiento. Conmigo, aprenderás a construir tu proyecto profesional desde la pasión y el disfrute y a conciliar realización personal con realización profesional, en beneficio de un éxito profundamente relevante y valioso. Isabelle Lecurou - Coach Profesional Certificada Life Coach para Emprendedores - Español/Français

Ver perfil completo →

1 Comentario

·

Deja un comentario

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión /  Cambiar )

Google photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google. Cerrar sesión /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión /  Cambiar )

Conectando a %s